• 19/06/2017 - Résultats du 2ème Open FIDE des Écureuils.

  • 04/03/2016 - Le 2ème Open FIDE des Écureuils organisé par le cercle Échirolles-Alekhine aura lieu les 17 et 18 juin 2017.

Archives

Fourni par lichess.org.

Source : Google Analytics

Crédit image: David Mark - Source : pixabay.

Pareil à Tristan Tzara, j'ai cet inconvénient de toujours vouloir gagner. Un bon joueur d'échecs préfère cependant une belle partie à une victoire.

Fernando Arrabal.

Aidez vos pièces, elles vous aideront.

Paul Morphy.

Pour moi, le pion a une âme, exactement comme l'homme, des voeux qui someillent en lui sans qu'il les connaisse, et des craintes dont il devine à peine l'existence.

Aaron Nimzovitvh.

Un pion passé est un criminel qu'il faut arrêter.

Aaron Nimzovitvh.

J'ai commencé à m'intéresser aux échecs à 15 ans ; ils ont été pour moi un moyen d'expression. (...) L'étude du jeu peut être un excellent passe-temps, particulièrement pour des personnes seules.

Jean-Christophe Olivier (MI).

C'est toujours par sa faute que le perdant perd.

Vassili Panov.

La folie est dans les échecs. Ce jeu a évidemment été inventé par un fou, et ce jeu rend fous ceux qui se donnent à ce jeu.

Fous d'échecs, Serge Rezvani.

Je commets des fautes - donc j'existe.

Savielly Tartakover.

Les sacrifices ne sont possibles que si l'adversaire a commis une faute. (...) Il vaut toujours mieux sacrifier les pièces de l'adversaire.

Savielly Tartakover.

Si vous voulez détruire un homme, apprenez-lui les échecs.

Oscar Wilde.

Comment s'imaginer un homme doué d'intelligence, qui puisse, sans devenir fou, et pendant dix, vingt, trente, quarante ans, tendre de toute la force de sa pensée vers ce but ridicule : acculer un roi de bois dans l'angle d'une planchette !

Le joueur d'echecs, Stefan Zweig.

Assurément je connaissais par expérience le mystérieux attrait de ce « jeu royal », le seul entre tous les jeux inventés par les hommes qui échappe souverainement à la tyrannie du hasard, le seul où l'on ne doive sa victoire qu'à son intelligence ou plutôt à une certaine forme d'intelligence. Mais n'est-ce pas déjà le limiter injurieusement que d'appeler les échecs un jeu ? N'est-ce pas une science, un art, ou quelque chose qui, comme le cercueil de Mahomet entre ciel et terre, est suspendu entre l'un et l'autre, et qui réunit un nombre incroyable de contraires ? (...) C'est une pensée qui ne mène à rien, un art qui ne laisse pas d'oeuvre, une architecture sans matière ; et il l'a prouvé néanmoins qu'il était plus durable, à sa manière, que les livres ou que tout autre monument, ce jeu unique qui appartient à tous les peuples et à tous les temps, et dont personne ne sait quel dieu en fit don à la terre pour tuer l'ennui, pour aiguiser l'esprit et stimuler l'âme. Où commence-t-il, où finit-il ?

Le joueur d'échecs, Stefan Zweig.

Suivit une très longue méditation, au cours de laquelle Loujine fit mentalement surgir d'un point de l'échiquier une dizaine de parties imaginaires et les perdit l'une après l'autre, jusqu'au moment où il flaira une combinaison délicieuse, fragile comme du cristal - et qui se brisa avec un léger tintement dès la première riposte de Turati. (...) La pensée de Loujine errait dans les ténèbres à la fois attrayantes et horribles, elle y rencontrait parfois la pensée inquiète de Turati, qui cherchait ce qu'il cherchait lui-même.

La défense Loujine, Vladimir Nabokov.

D'autres aphorismes ou citations sur le site du Exeter Chess Club.

Dernière modification le 04/03/17 à 18:22:08.